Cessons de brûler nos épluchures, valorisons-les !

En 2019, le 19e arrondissement lance la collecte séparée des déchets alimentaires

Le dernier comptage « MODECOM » (du nom d’une méthode de comptage mise au point par l’ADEME), réalisé en 2017, montre que nos poubelles à couvercle vert, celles des déchets non triés en vue du recyclage, contiennent presque un tiers de déchets putrescibles, pour l’essentiel des déchets alimentaires (épluchures, restes de repas, fleurs coupées, etc).

Or à l’heure actuelle, ces déchets, de même que tout le contenu des poubelles « vertes » ont pour destination… l’incinérateur ! Ce qui est particulièrement absurde et improductif si l’on considère que ces déchets putrescibles sont composés de 90% d’eau, et sont donc à très faible valeur énergétique. Il est donc impératif de les trier et de les collecter séparément des autres déchets, en vue d’une réelle valorisation, qu’il s’agisse de la production de méthane ou encore du compostage.

La valorisation des déchets alimentaires, également appelés « biodéchets » figurait en bonne place dans la stratégie « Zéro Déchet » adoptée par le Conseil de Paris en 2015, sous l’impulsion écologiste. Elle est également prévue par la loi de Transition énergétique de 2015, qui fixait une échéance à 10 ans (2025) pour le tri à la source des biodéchets.

Précurseure, la Ville de Paris expérimente depuis 2017 le tri et la collecte des déchets alimentaires dans les 2e et 12e arrondissements.

Cette expérimentation, dont les résultats sont pour l’heure mitigés (bons résultats en termes de qualité du tri, faiblesse des quantités collectés au regard des objectifs fixés) sera en 2019 élargie au 19e arrondissement, déjà très à la pointe en termes de traitement des biodéchets, avec plusieurs dizaines de points de compostage dans les immeubles, écoles, entreprises de l’arrondissement.

Les élus et militants écologistes défendent depuis longtemps le tri à la source de tous les types de déchets, et en particulier de celui des déchets alimentaires dont l’incinération est un non-sens absolu.

Nous accompagnerons donc avec beaucoup d’énergie le déploiement du tri et de la collecte séparée des déchets alimentaires dans l’arrondissement, prévu pour l’automne 2019. Nous invitons d’ailleurs toutes les personnes intéressées à consulter régulièrement le site Internet et la page Facebook de la Mairie du 19e pour en suivre le calendrier détaillé et les modalités.

1/3 de déchets en moins dans la poubelle verte, c’est autant de raisons de renoncer à investir dans l’incinération. A cet égard, nous souhaitons rappeler notre opposition au projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry, dont le coût avoisine le milliard d’Euros. Si la mise-aux-normes de ce type d’équipements – et notamment des filtres équipant les cheminées – est indispensable pour réduire la nocivité de leurs émissions, leur reconstruction à grands frais, dans un contexte de réduction de déchets et de tri sélectif accrue, relève de l’absurdité.

A l’instar des associations environnementales, nous préconisons de réorienter le milliard d’euros fléché sur cet équipement vers le soutien à l’économie circulaire.

Laissez un commentaire

Remonter