Nouveau Vélib’ métropolitain : le Groupe écologistes et citoyens demande le remboursement des usagers

Sophie Minday, Adjointe au Maire du 19ème en charge du Plan Vélo, est intervenue durant le Conseil d’arrondissement du 23 janvier 2018 pour faire un point sur le déploiement actuel du nouveau Vélib’ et pour demander le remboursement du mois de janvier pour les usagers.

Voici l’intégralité de son allocution :

« En préambule de cette intervention, je voudrais rappeler tout ce que nous devons à la décision de Bertrand Delanoë et de son équipe de doter Paris du Vélib’ en 2007 : le Vélib’ a contribué à réintroduire le vélo à Paris, à montrer au plus grands nombre que son usage était possible, et facile. Au cours des 15 dernières années, le nombre de déplacements effectué à vélo à Paris a triplé, et l’introduction du Vélib’ en a été un facteur majeur.

Aujourd’hui, Vélib’ compte plus de 300 000 abonnés, usagers quotidiens ou occasionnels, très attentifs à la qualité de service proposé.

Cette qualité de service devrait nettement s’accroître avec le renouvellement du marché Vélib’ et son attribution à Smovengo : 30% de vélos électriques, plus de stations sur un territoire plus étendu, moins de vandalisme grâce à une technologie plus robuste, la facilitation du stationnement…

Mais à l’heure actuelle, le service est très fortement altéré. Nos collègues UDI-Modem s’émeuvent à du retard considérable pris dans le déploiement des nouvelles stations Vélib’ et ils ont raison.

A la fin janvier 2018, un taux de déploiement à environ 70% aurait du être atteint.

Or, dans le 19e arrondissement, 16 stations sur 66 soit 24% sont déclarées ouvertes, ce qui ne signifie d’ailleurs pas qu’elles soient opérationnelles, car elles ne sont pas toutes raccordées.

A l’échelle de la métropole, seule une centaine de stations serait disponible.

Le planning de déploiement est donc loin d’être respecté.

A ce retard, Smovengo avance plusieurs explications plus ou moins probantes, à la fois juridiques (recours de l’ancien opérateur suite à l’attribution du marché, reclassement – non obligatoire réglementairement des anciens salariés Decaux) et techniques (difficultés de raccordement électrique des stations liées à la présence d’amiante dans l’asphalte parisien, ainsi qu’à la complexité des réseaux parisiens).

Plus largement la transformation en 6 mois de l’infrastructure de plus de 1000 stations réparties sur tout le territoire métropolitain représente un chantier gigantesque dont l’ampleur et la complexité n’avaient peut-être pas été suffisamment anticipées, tant par le nouvel opérateur que par le commanditaire, c’est-à-dire le syndicat métropolitain et la Ville de Paris.

En toute hypothèse, il y a défaillance de la part de l’opérateur et au regard de la gêne très réelle subie par les plus de 300 000 abonnés, le syndicat métropolitain Autolib’ – Vélib’ (dont la Ville de Paris est un membre majoritaire) a d’ores et déjà pris les mesures suivantes :

à Au titre des manquements à son contrat, des pénalités à hauteur d’1 million d’Euros ont été appliquées à Smovengo.

à Au titre des mesures de compensation pour les usagers, le syndicat – dont la Ville de Paris est un membre majoritaire – a annoncé les mesures suivantes :

Le Syndicat mixte Autolib’ Vélib’ Métropole, a voté le 9 janvier deux mesures de compensation pour les utilisateurs, d’un coût total de 1,7 millions, à savoir :

 

  • crédit de 3 heures offert aux usagers abonnés avant le 1er janvier 2018, leur permettant notamment d’utiliser gratuitement les Vélib’ électriques ;
  • remise de 50% sur les mensualités de janvier, février et mars pour les nouveaux abonnés Vélib’ ainsi que pour ceux abonnements arrivant à échéance en cours de renouvellement.

 

Puis le 19 janvier, le syndicat mixte a proposé 2 mesures complémentaires, en l’occurrence le remboursement du mois de janvier 2018 à tous les abonnés, ainsi que la création d’un comité d’usagers.

Considérant ces mesures insuffisantes, nos collègues UDI-Modem demandent :

  • prolongation gratuite de leur abonnement de 6 mois pour les abonnés avant le 1er janvier 2018 en complément du crédit de 3h déjà offert ;
  • prolongation de la remise de 50% sur les mensualités d’avril et des mois suivants jusqu’à ce que le service soit totalement opérationnel pour les nouveaux abonnés

 

Si nous souscrivons au constat des carences de Smovengo, nous estimons que les demandes d’indemnisation des usagers portées par nos collègues UDI-Modem dans leur vœu sont excessives et peut-être trop anticipées au regard du déploiement encore en cours, et des moyens renforcés déployés par Smovengo.

Il s’agit en effet d’être à la fois juste vis-à-vis des usagers, mais prudent, car si le dégrèvement ou la gratuité sur plusieurs mois rapporté à chaque utilisateur représente à l’échelle de chacun des montants faibles, elles ont un impact considérable à l’échelle de plus de 300 000 abonnés. Une indemnisation trop généreuse – non compensée par les pénalités contractuelles – serait in fine payée par le contribuable métropolitain.

Nous préférons par conséquent observer de mois en mois la poursuite du déploiement plutôt que d’adopter d’emblée l’indemnisation sur 6 mois préconisée par nos collègues.

Nous resterons toutefois très vigilants au respect de ses obligations par Smovengo, et à la qualité de service du Vélib’ dans sa nouvelle version. »

Laissez un commentaire

Remonter