Pour un encadrement rapide des pratiques d’Amazon !

Le report du Black Friday d’une semaine n’y changera rien : avec un appui politique à peine dissimulé, Amazon poursuit son indécente progression en France, asphyxiant davantage les petits commerces. Europe Écologie Les Verts apporte son soutien à l’initiative Stop au monde d’Amazon lancée par les ONGs et demande une politique volontariste de la part du gouvernement pour soutenir le commerce de proximité en grave danger.

La crise sanitaire de ces derniers mois a largement favorisé l’augmentation de la proportion du e-commerce dans l’économie française, offrant la part belle aux géants du secteur comme Amazon. L’entreprise enregistre des performances records et affiche ses ambitions : une implantation tous azimuts avec le doublement de ses surfaces de stockage en France d’ici 2021, une volonté de mainmise sur la numérisation de notre économie locale, un investissement tentaculaire dans tous les domaines d’activité, le tout au détriment du commerce de proximité.

Le gouvernement dit vouloir lutter contre l’artificialisation des sols et “en même temps” autorise la création d’une vingtaine d’entrepôts et plateformes logistiques à l’horizon 2021. Alors que tout concourt à accélérer la dévitalisation de nos territoires, il piétine une nouvelle fois les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat en refusant les moratoires sur ces projets. Les écologistes souhaitent que les demandes des membres de la Convention ainsi que celles des élus locaux et citoyen.nes concernés par ces projets soient entendues. Nous soutenons l’ensemble des mobilisations locales (Ensisheim, Brétigny sur Orge, Nantes, Quimper) et demandons la mise en place immédiate de moratoires accompagnés d’études d’impact de ces implantations sur l’environnement et l’emploi.

Pour faciliter et accélérer son implantation, Amazon met en concurrence des territoires aux forts taux de chômage. Les conditions de travail au sein de l’entreprise sont également régulièrement décrites comme délétères et des études montrent qu’en créant un emploi, Amazon en détruit quatre, en particulier dans le commerce de proximité. L’ensemble de ces effets participe grandement à la casse sociale dans notre pays. Selon une étude parue aujourd’hui, 82 000 emplois nets auraient été détruits en 10 ans à cause des faveurs accordées à la vente en ligne.

Cette multinationale participe d’une vision de la société que les écologistes refusent depuis toujours : robotisée, participant de la casse de l’emploi, de la désertification de nos territoires, de la sur-consommation et de la dégradation rapide de notre environnement. Face à cette situation, il est devenu urgent d’encadrer les pratiques de ces plateformes de e-commerce, dont Amazon est le fer de lance, comme d’aider la numérisation des petits commerces, indispensables à la vitalité de nos cœurs de ville.  

Partagez sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin