Subvention à la lutte contre le gaspillage alimentaire (509 200€)

Intervention de Fatoumata Koné relative une subvention (509 200€) et conventions avec 19 associations œuvrant à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Monsieur le Maire, chers collègues, tout d’abord, je souhaite exprimer notre satisfaction de pouvoir voter cette délibération.

Il s’agit de subventions à des associations œuvrant pour la lutte contre le gaspillage alimentaire dans le cadre de projets votés lors de l’édition 2015 du budget participatif.

Les Parisiens ont en effet voté pour la mise en place de projets visant à développer l’aide aux personnes en situation de précarité, pour une somme importante de plus de 4 millions d’euros.

Dans ce cadre, une enveloppe de plus de 500.000 euros a été prévue pour intensifier l’aide alimentaire aux personnes démunies, en lien avec la lutte contre le gaspillage alimentaire, dans le cadre d’un appel à projets lancé le 15 avril dernier.

Cela démontre bien l’engagement des Parisiennes et des Parisiens dans l’aide aux plus démunis et le plébiscite dans le fait d’avoir à leur disposition des solutions à la hauteur de cet autre enjeu, celui de réduire notre gaspillage alimentaire, car les Parisiens jettent deux fois plus, chaque année, d’aliments consommables que le reste des Français.

35.000 tonnes, c’est la quantité impressionnante de nourriture encore emballée et propre à être consommée jetée chaque année à Paris.

Conscients de la nécessité d’agir, nous avons adopté en 2015 un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire, et des actions concrètes sont initiées dans ce sens sur les marchés alimentaires, auprès des écoles, avec les commerçants. La Ville de Paris dote par exemple les restaurants volontaires de sacs à emporter, fabriqués en France par l’entreprise « TakeAway ». 100 restaurants de la Capitale ont ainsi été équipés de ces boxes antigaspi.

Par ailleurs, les lois L.T.E.C. et GAROT imposent aux moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés de proposer à une ou plusieurs associations la conclusion d’une convention pour la récupération des denrées alimentaires. La Ville a sur ce point une action évidente de mise en relation à poursuivre et intensifier.

On se souvient aussi de la récente tribune de grands chefs appelant à consommer différemment et à lutter contre le gaspillage alimentaire. Très impliqué sur ces enjeux, ces chefs ont signé encore plus récemment la charte d’engagement contre le gaspillage alimentaire.

Par tous les moyens et à tous les niveaux, nous devons continuer à lutter contre le gaspillage alimentaire qui est une aberration, aussi bien sociale qu’écologique et économique.

Je vous remercie.

Laissez un commentaire

Remonter